De quoi s'agit-il?

Le lien entre une altération de l’environnement
nutritionnel et l’état de santé n’est plus à
démontrer et avait été déjà constaté il y a plus de
2400 ans par Hippocrate, le fondateur de la
médecine occidentale.

Le BIP DE BASE comprend un ensemble
d’analyses qui évalue le niveau de plusieurs
micronutriments essentiels au bon fonctionnement
de nos cellules, tissus et organes et indispensables
à notre santé. Les analyses choisies pour le BIP DE
BASE concernent les micronutriments le plus
souvent associés aux altérations fonctionnelles de
nos systèmes vitaux et scientifiquement démontrés
comme étant impliqués dans la genèse de la
majorité des pathologies chroniques dégénératives.



Le profil des acides gras érythrocytaires

Les acides gras sont des molécules d’une importance capitale pour le bon fonctionnement de notre corps. Multifonctionnels, ils sont une source importante de calories, les constituants principaux des membranes biologiques, les précurseurs de médiateurs comme les prostaglandines et des facteurs régulateurs de l’expression génique. La perturbation du statut en acides gras est le reflet d’une alimentation déséquilibrée et/ou d’un métabolisme altéré et constitue l’un des facteurs étiopathogéniques des maladies chroniques.

La CRP ultrasensible

La CRP ultrasensible permet de détecter l’inflammation systémique de bas grade qui crée le terreau de la plupart des maladies chroniques dont le syndrome métabolique, les maladies cardiovasculaires, neurodégénératives et les cancers.

Le zinc

Il intervient dans la trophicité des épithélias, peau et muqueuses, et dans le bon fonctionnement du système immunitaire. Il est aussi, entre autres, le cofacteur de la superoxyde dismutase et contribue donc aux défenses anti-oxydantes. Il est souvent carencé dans la population.

Le sélénium

Il intervient dans l’activité de sélénoenzymes clés, comme la glutathion peroxydase mitochondriale impliquée dans les défenses antioxydantes et la 5-déiodinase responsable de la conversion de l’hormone T4 en T3.

L'homocystéine

Elle est un métabolite intermédiaire à la croisée de deux voies métaboliques très importantes, la méthylation et la trans-sulfuration. Le bon fonctionnement de ces voies dépend du polymorphisme de l’individu et de la biodisponibilité de plusieurs vitamines comme les vitamines B2, B6, B9 et B12. L’hyperhomocystéinémie, une situation fréquente, est associée à un risque accru de maladies cardiovasculaires, de dépression et de cancers entre autres pathologies.

La vitamine D

C'est une hormone dont l’activité est de mieux en mieux connue. Son rôle dépasse largement celui de régulatrice du métabolisme phosphocalcique et de l’homéostasie du squelette. Elle intervient aussi dans l’activité du système immunitaire et possède des propriétés anti-cancéreuses. La plupart des patients sont carencés en vitamine D. La vitamine A est produite à partir du bêtacarotène

La vitamine A

Cette vitamine produite à partir du bêtacarotène et est indispensable à l’activité de la vitamine D, des hormones thyroïdiennes et de l’activité biologique de certains acides gras. Elle a des activités régulatrices de l’expression génique et agit aussi comme un antioxydant. Sa carence ou son excès ont des conséquences délétères sur le fonctionnement de notre organisme.

Les anticorps anti-LDL-oxydés

Les anticorps anti-LDL-oxydés indiquent l’existence d’une oxydation des apolipoprotéines B des LDL et sont impliqués dans l’initiation et la progression des lésions d’athérosclérose.

Les indices HOMA et QUICKI

Ils sont calculés à partir des valeurs plasmatiques de l’insulinémie et de la glycémie mesurée chez un individu à jeun. Ces indices permettent d’évaluer la résistance à l’insuline pour le HOMA et la sensibilité à cette hormone pour le QUICKI.

La 8-hydroxy-guanosine

Elle est le reflet de l’accumulation de lésions oxydatives de l’ADN. Son taux permet d’évaluer le stress oxydant et est considéré comme un indicateur de vieillissement et de risque carcinologique.

Le statut martial

En incluant le dosage de la ferritine et celui de la transferrine et sa saturation permet d’évaluer la biodisponibilité du fer pour nos cellules. Au delà d’être d’une importance capitale pour la production de globules rouges, le fer assure d’innombrables fonctions et contribue notamment au fonctionnement optimal des mitochondries et à la synthèse de neuromédiateurs.

Les IgG dirigées contre la caséine, l’ovalbumine et le gluten

lorsqu’elles sont anormalement élevées, elles indiquent une immunisation contre ces protéines alimentaires ayant pénétré l’organisme. Ces taux témoignent le plus souvent de leur digestion incomplète et d’une hyperperméabilité intestinale. Cette hypersensibilité peut conduire à différents troubles de type allergique ou auto-immunitaire.


Le BIP DE BASE est conseillé à tous les patients, à partir de 3 ans, en bonne santé et qui souhaitent le rester. Il permet de vérifier si l’alimentation et les performances du tube digestif apportent à leur organisme les quantités optimales des nutriments indispensables à son bon fonctionnement. C’est aussi un bilan à proposer à tous les patients souffrant de maladies chroniques et qui espèrent recouvrer la santé.


Le BIP de Base se réalise sur un échantillon d'urine du matin, trois tubes de sang SECS (rouge), un tube de sang EDTA (mauve) et un tube de sang FLUOR (gris). Le matériel fourni pour réaliser le bilan est toujours accompagné d'indications précises quant aux modalités de prélèvement et d'expédition des échantillons au laboratoire